Archive pour la catégorie 'Discussions'

Le socialisme du 21e siècle : personnaliste et anticapitaliste, réformiste et révolutionnaire ?

Mercredi 28 mai 2014

Le socialisme du 21e siècle : personnaliste et anticapitaliste, réformiste et révolutionnaire ?

Mercredi 11 juin 2014 Ă  19h00
Théâtre Blocry, place de l’Hocaille
1348 Louvain-la-Neuve

Conférence-débat

Jaurès, personnaliste et socialiste !

par Roger Benjamin
Docteur ès Lettres (France)

P.A.F. 7,50 € (repas thaï compris - hors boissons)

Cercle Condorcet du Brabant Wallon
Forum Civique
UCL Créatopia

Un prophète socialiste
« Ce qui reste vrai, à travers toutes nos misères, à travers toutes les injustices commises ou subies, c’est qu’il faut faire un large crédit à la nature humaine ; c’est qu’on se condamne soi-même à ne pas comprendre l’humanité, si on n’a pas le sens de sa grandeur et le pressentiment des destinées incomparables. »

« Cette confiance n’est ni sotte, ni aveugle, ni frivole. Elle n’ignore pas les vices, les crimes, les erreurs, les préjugés, les égoïsmes de tout ordre, égoïsme des individus, égoïsme des partis, égoïsme des classes, qui appesantissent la marche de l’homme, et absorbent souvent le cours du fleuve en un tourbillon trouble et sanglant. Elle sait que les forces bonnes, les forces de sagesse, de lumière, de justice, ne peuvent se passer du secours du temps, et que la nuit de la servitude et de l’ignorance n’est pas dissipée par une illumination Supplément Philosophie Magazine soudaine et totale, mais atténuée seulement par n°57 Préface de Paul Magnette une lente série d’aurores incertaines. »
« Oui, les hommes qui ont confiance en l’homme savent cela. Ils sont résignés d’avance à ne voir qu’une réalisation incomplète de leur vaste idéal, qui lui-même sera dépassé ; ou plutôt ils se félicitent que toutes les possibilités humaines ne se manifestent point dans les limites étroites de leur vie. Ils sont pleins d’une sympathie déférente et douloureuse pour ceux qui ayant été brutalisés par l’expérience immédiate ont conçus des pensées amères, pour ceux dont la vie a coïncidé avec des époques de servitude, d’abaissement et de réaction, et qui, sous le noir nuage immobile, ont pu croire que le jour ne se lèverait plus. Mais eux-mêmes se gardent bien d’inscrire définitivement au passif de l’humanité qui dure les mécomptes des générations qui passent. Et ils affirment, avec une certitude qui ne fléchit pas, qu’il vaut la peine de penser et d’agir, que l’effort humain vers la clarté et le droit n’est jamais perdu. L’histoire enseigne aux hommes la difficulté des grandes tâches et la lenteur des accomplissements, mais elle justifie l’invincible espoir. »

Jaurès, Discours à la jeunesse, 31 juillet 1903

Le nouveau personnalisme, serait-il un peu, beaucoup,

Samedi 2 novembre 2013

Le nouveau personnalisme, serait-il un peu, beaucoup,
passionnément – aussi – du belge ?
a revue Perso – Regards personnalistes, ainsi que la série précédente
des Cahiers de l’Atelier du Personnalisme, sont les principales
publications du Centre d’Action pour un Personnalisme Pluraliste, en
abrégé le CAPP.

Le CAPP est une association sans but lucratif (a.s.b.l.) de droit belge,
créée en 2003. Elle a pris le relais de l’Atelier du Personnalisme fondé à
Louvain-la-Neuve en 1995. L’Atelier a organisé de nombreuses
conférences dont les comptes-rendus ont été publiés dans vingt Cahiers de l’Atelier du personnalisme. Toutes les publications du CAPP et de l’Atelier du Personnalisme sont téléchargeables sur le site
www.personnalisme.org. Depuis peu, elles figurent sur le site “Les
Classiques des sciences sociales” Lien : http://classiques.uqac.ca/ qui est animé par Jean-Marie Tremblay, Fondateur et président-directeur général de la Bibliothèque Les Classiques des sciences sociales, Professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi.

En 2000, un jalon a été posé avec la publication de Plus est en l’homme – le personnalisme vécu comme humanisme radical aux éditions PIE-Peter Lang (Bruxelles-Berne) – voir référence en fin de texte. Ce petit « livre vert » représente un peu l’ambassadeur du personnalisme nouveau que le CAPP a l’ambition de porter, de concert avec d’autres mouvements personnalistes en Belgique, en France, aussi bien qu’en Italie et en Espagne. Cette « reformulation » du personnalisme s’inspire principalement du philosophe Emmanuel Lévinas.
Plusieurs revues et journaux belges ont publié des articles du CAPP, entre autres sur la distinction entre individu et personne, sur la liberté et la dignité de l’homme, sur le renouveau de la Gauche en Europe, et sur les relations entre philosophie et religion, un sujet sensible en Belgique comme en France.

La Belgique peut être considérée comme une des terres d’élection du
personnalisme en Europe, et ce depuis des temps immémoriaux, bien
avant la fondation de cet Etat en 1830. L’enracinement de cette forme
d’humanisme dans le terreau belge est sans doute lié à des facteurs
historiques – longtemps dominés par les puissances étrangères, les Belges restent attachés à leur terroir, aux relations de proximité – ne dit-on pas souvent qu’ils ont « l’esprit de clocher » ? - plutôt qu’au prestige du pouvoir central et aux relations « institutionnelles ». Interviennent aussi des facteurs culturels – la longue prégnance de la religion catholique principalement – et sociologiques, notamment l’organisation précoce de la classe ouvrière dans un pays qui fut le premier à entrer dans l’ère industrielle (textile en Flandre, charbon et acier en Wallonie). Quant au métissage des langues et des cultures néerlandaises, françaises et allemandes – un métissage à présent assumé, pourvu que cela dure, dans le cadre d’un Etat fédéral – il joue assurément un rôle essentiel dans cet ancrage profond du personnalisme au tréfonds de la société belge.

Précisons que nous parlons ici du personnalisme comme humanisme
pratique, un humanisme « du bas », vécu avant d’être pensé, qui ne
requiert aucun diplôme pour être pratiqué dans la quotidienneté des jours ouvrables, sinon celui accessible à tous de « l’université de la vie ». Ce personnalisme se présente comme une intuition qui donne du sens à la vie, mais sans exiger une explication intellectuelle préalable. Dans le paysage philosophique, il occupe ainsi une place à part, apparemment modeste, alors que son impact est inégalable, sans autres frontières que celle des sociétés que nous créons, petites et grandes. Le personnalisme n’est-il pas la philosophie du peuple, avant d’être celle des penseurs qui s’efforcent de la rendre visible dans la vie des idées ?
Souvent ignoré, voire objet de condescendance dans les cercles de la
philosophie universitaire, pour cause de « complexité insuffisante », ou
suspect de se « salir les mains » dans les combats du siècle, le personnalisme philosophique paraît être le grand absent des systèmes de pensée. Il n’en a cure cependant. Cette pensée invisible, discrète et modeste, se révèle néanmoins pratiquement présente partout, dans sa
constitution de « pré connaissance non expliquée », d’intuition, d’élan
vital. Il y a de bonnes et simples raisons à ce statut : l’action, la vie, les relations que nous nouons, nous précèdent dans l’exercice de nos facultés intellectuelles.
Ce personnalisme, non obligatoirement intellectualisé mais dense dans le présent, constitue sans doute le ciment le plus profond qui unit les Belges, taraudés comme partout en Europe par la montée des nationalismes et des populismes. Face à ceux-ci, le personnalisme nourrit la résistance qui s’affirme contre les puissances qui prônent la séparation et le chacun pour soi Notre contexte national qui est celui d’un pays petit par la taille, mais représentatif de ce qu’est l’Europe, explique les enjeux que le CAPP a entrepris de relever. En bref, la Belgique, et au-delà l’Europe, seront personnalistes ou elles ne seront pas, ou plus. Et pourquoi ne pas en dire autant de l’autre monde dont nous rêvons, pour donner du sens à la mondialisation, sans voir qu’il est déjà ici, ce nouveau monde, sous nos pieds et dans nos coeurs ?
elle est la raison d’être du CAPP : pour assumer ce qui apparaît bien
comme un combat à mener, il faut donner une suite créative aux
« intuitions fulgurantes » des pionniers qui, tel Emmanuel Mounier dans
les années 30, ont porté le personnalisme sur les fonds baptismaux de la philosophie. Donner une suite, cela veut dire créer inlassablement et « à frais nouveaux », en reprenant sans cesse à la racine la question « comment devenons-nous des humains ? ». C’est du reste l’occasion de préciser le caractère authentiquement pluraliste du CAPP. Nous n’ignorons pas qu’il existe des courants personnalistes qui sont issus de l’humanisme chrétien. Sans leur dénier une légitimité ni une pertinence dans leur ordre de référence, nous nous situons quant à nous – Centre d’Action pour un Personnalisme « Pluraliste » - résolument dans une perspective laïque.
Notre personnalisme part de la condition humaine. Il ne suit pas le sillon des personnalismes théologico-déductifs mais il est ouvert à ceux qui croient au ciel et à ceux qui n’y croient pas.
Malgré le prestige dont jouissent ses grandes universités, les Universités Catholiques de Louvain (UCL), en terre française de Wallonie-Bruxelles, de Leuven (KUL), en pays flamand, et l’Université Libre de Bruxelles (ULB), il n’existe pas en Belgique de grandes traditions philosophiques ni d’écoles de pensées bien affirmées. Le thomisme, dans le camp catholique, et le « libre-examen », dans le camp dit « laïque », font toutefois exception, quoique pour le premier courant, ce soit un peu de l’histoire ancienne.

Nous n’avons pas une « Ecole de Francfort ». Les grands courants de la pensée française – existentialisme, structuralisme … - ont été reçus dans nos contrées, mais ils n’ont pas débouché sur des courants de pensée organisés. Pour les partisans du renouveau personnaliste, cette situation est à la fois une faiblesse et une force. La faiblesse est que les personnalistes sont livrés à eux-mêmes, sans « figure de proue » à laquelle se référer. Leur force réside dans cette faiblesse apparente : tout est à faire. Comme rien de ce qui est humain n’est étranger aux Belges, dont l’identité principale est de ne pas en avoir, les personnalistes de ce pays font allègrement feu de tout bois.
a lecture des publications du CAPP, des Cahiers du Personnalisme Ă 
Perso-Regards personnalistes, et bientôt des Dossiers du CAPP (DCAPP), révèle l’originalité et espérons-le la fécondité de cette approche qui est frappée du sceau du « pragmatisme des idées ». « Tout fait farine au moulin … » et, avec le personnalisme qui fait levain, tout cela fait du bon pain. Au fil des pages, coulent les fleuves de ce personnalisme pluraliste.

Il y a les sources judéo-chrétienne et gréco-latines du personnalisme
d’Europe occidentale, provisoirement le plus connu ou plutôt le moins
méconnu. Ce fleuve mêle ses eaux aux sources slaves d’Europe centrale et orientale, pour laquelle le personnalisme fait figure de « boulevard du vécu relationnel et communautaire » (voyez les grands romans russes).

Une place centrale est prise dans nos travaux par les philosophies juives (Levinas, Büber, Rosenzweig …) et de plus en plus nous naviguons sur les grands fleuves d’Afrique : l’anthropologie philosophique et linguistique bantoue – le « monde de l’Ubuntu ». Ne sommes-nous pas des « Afriqueuropéens » ?
Vincent Triest, 4 février2012
Auteur de Plus est en l’homme – Le personnalisme vécu comme
humanisme radical
Collection: Philosophie & Politique - Philosophy & Politics - volume 6
Année de publication: 2004 (4e tirage)
Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2000 (1er tirage), 2001 (2e tirage) , 2002 (3e tirage), 2004 (4e tirage). 211 p. ISBN 978-90- 5201-922-2 br.
Lien vers le site de l’éditeur Peter Lang où l’ouvrage référencé est disponible :
http://www.peterlang.com

———————————
Vincent Triest
Rue de Vismes 4, 1348 Louvain-la-Neuve Belgique
TĂ©l. : +32 [0]10 45 52 50
Portable : +32 [0]473 94 73 15
Courriel : vincent.triest@skynet.be
La Vie Nouvelle LVN (L. 1901)
Administrateur-délégué du CAM
Animateur de l’Atelier Fédéral Philosophies de la personne
site : www.lvn.asso.fr
Siège : 21 rue des Malmaisons 75013 Paris
tél. : 00 33 [0]1 55 35 36 46
Centre d’Action pour un Personnalisme pluraliste
CAPP a.s.b.l.
Président
site : www.personnalisme.org
Siège : rue de Vismes 4, 1348 Louvain-la-Neuve Belgique
TĂ©l. : +32 [0]10 45 52 50
Portable : +32 [0]473 94 73 15
Courriel : vincent.triest@skynet.be
Service Public Fédéral Personnel & Organisation SPF P&O1
Conseiller général
Services du Président du Comité de Direction
Rue de la Loi 51
B-1040 Bruxelles-Brussel
TĂ©l : +32 [0]2 790 54 06
Courriel : vincent.triest@p-o.belgium.be

Regards croisés sur le personnalisme

Dimanche 31 mars 2013

Emmanuel Mounier tel que je l’ai connu
La revue Esprit et le projet européen

Regards croisés sur le personnalisme
Vendredi 26 avril 2013

Intervenants :
Jacques-René Rabier, ancien directeur de cabinet de Jean Monnet,
ancien haut fonctionnaire français et européen,
ancien membre de la rédaction de la revue Esprit
Christine Behain, ATD Quart Monde Pays-Bas
Vendredi 26 avril 2013

Accueil des participants : Ă  partir de 18h30
Collation (sandwiches, tartes, boissons) : 19h00
Ouverture des travaux : 19h40
Intervention de J-R Rabier : 19h45
TĂ©moignage de Ch. Behain : 20h15
DĂ©bat : 20h30
Conclusions : 21h45
Fin des travaux : 22h00

Adresse du jour :
Rue des Buissons 1
Résidence de la Fraternité des Buissons
Rez-de-chaussĂ©e : Salle de l’Olivier
1348 Louvain-la-Neuve
Participation aux frais : 10,00 €

Accès Ă  LLN : voir le site de l’office du tourisme en cliquant sur le lien http://www.tourisme-olln.be/fr/en-pratique/
Plan interactif de Louvain-la-Neuve : cliquez sur : http://map.olln.be/
Puis, dans le menu ” Index des rues ” sĂ©lectionner “rue des Buissons” : la localisation de la rue apparaĂ®t sur la droite
de la carte, durant quelques secondes. Pour faire rĂ©apparaĂ®tre cette localisation, recliquez sur ” rue des Buissons “.
Ensuite via la petite fenĂŞtre en bas Ă  droite de l’Ă©cran, dĂ©placer le plan vers la droite (c’est-Ă -dire vers le centre de Louvain-la-Neuve). Agrandissez le plan Ă  l’aide du curseur qui est Ă  gauche de la petite fenĂŞtre.
Sur place, en zone piĂ©tonne : de la place de l’UniversitĂ©, qui se situe Ă  cĂ´tĂ© de la gare et des Halles, tournez le dos Ă  celles-ci et empruntez en face le passage couvert qui mène vers le parc de la Source et vers le musĂ©e HergĂ©. A la sortie du passage couvert, prenez Ă  droite la rue de la Gare, jusqu’Ă  la rue des Buissons (1ère rue sur la droite de la rue de la Gare), Ă  proximitĂ© de la Petite Maison Blanche.
Réservation souhaitée avant le 20 avril par courriel à l’adresse vincent.triest@skynet.be ou par téléphone ou SMS
au n° 0473/94 73 15
Editeur responsable : Vincent Triest,
rue Cap. JM de Vismes 4, 1348 Louvain-la-Neuve

Regards croisés sur le personnalisme

Dimanche 31 mars 2013

Emmanuel Mounier tel que je l’ai connu
La revue Esprit et le projet européen

Regards croisés sur le personnalisme

Intervenants :
Jacques-René Rabier, ancien directeur de cabinet de Jean Monnet,
ancien haut fonctionnaire français et européen,
ancien membre de la rédaction de la revue Esprit
Christine Behain, ATD Quart Monde Pays-Bas
Vendredi 26 avril 2013

Accueil des participants : Ă  partir de 18h30
Collation (sandwiches, tartes, boissons) : 19h00
Ouverture des travaux : 19h40
Intervention de J-R Rabier : 19h45
TĂ©moignage de Ch. Behain : 20h15
DĂ©bat : 20h30
Conclusions : 21h45
Fin des travaux : 22h00

Adresse du jour :
Rue des Buissons 1
Résidence de la Fraternité des Buissons
Rez-de-chaussĂ©e : Salle de l’Olivier
1348 Louvain-la-Neuve
Participation aux frais : 10,00 €

Accès Ă  LLN : voir le site de l’office du tourisme en cliquant sur le lien http://www.tourisme-olln.be/fr/en-pratique/
Plan interactif de Louvain-la-Neuve : cliquez sur : http://map.olln.be/
Puis, dans le menu ” Index des rues ” sĂ©lectionner “rue des Buissons” : la localisation de la rue apparaĂ®t sur la droite
de la carte, durant quelques secondes. Pour faire rĂ©apparaĂ®tre cette localisation, recliquez sur ” rue des Buissons “.
Ensuite via la petite fenĂŞtre en bas Ă  droite de l’Ă©cran, dĂ©placer le plan vers la droite (c’est-Ă -dire vers le centre de
Louvain-la-Neuve). Agrandissez le plan Ă  l’aide du curseur qui est Ă  gauche de la petite fenĂŞtre.
Sur place, en zone piĂ©tonne : de la place de l’UniversitĂ©, qui se situe Ă  cĂ´tĂ© de la gare et des Halles, tournez le dos Ă 
celles-ci et empruntez en face le passage couvert qui mène vers le parc de la Source et vers le musée Hergé. A la
sortie du passage couvert, prenez Ă  droite la rue de la Gare, jusqu’Ă  la rue des Buissons (1ère rue sur la droite de la
rue de la Gare), à proximité de la Petite Maison Blanche.
Réservation souhaitée avant le 20 avril par courriel à l’adresse vincent.triest@skynet.be ou par téléphone ou SMS
au n° 0473/94 73 15
Editeur responsable : Vincent Triest,
rue Cap. JM de Vismes 4, 1348 Louvain-la-Neuve

Deux chemins divergents et différents pour la gauche

Vendredi 18 mai 2012

Mardi 29 mai 2012 Ă  19h30

Jean-Claude Michéa, philosophe communautariste socialiste Pierre ANSAY

Vendredi 18 mai 2012

Jean-Claude Michéa, philosophe communautariste socialiste
Pierre ANSAY
Docteur en philosophie, Pierre Ansay est l’auteur de nombreux ouvrages, dont “Le capitalisme dans la vie quotidienne”, “L’Homme rĂ©sistant”, “Le dĂ©sir automobile”, “Le dictionnaire des solidaritĂ©s” (…)
Jean-Claude Michea (1950) est un philosophe français, professeur de philosophie à Montpellier. Son oeuvre a contribué à faire connaître les écrits politiques de Georges Orwell et de Christopher Lasch.
Critique féroce de la gauche intellectuelle française, il a notamment publié (le tout aux éditions Climats) :
Orwell, Anarchiste Tory (1995), Les intellectuels, le peuple et le ballon rond (1998), Impasse Adam Smith (2002), Orwell éducateur (2003), L’Empire du moindre mal :
essai sur la civilisation libérale (2007) et tout récemment Le complexe d’Orphée :
la Gauche, les gens ordinaires et la religion du progrès (2011).
Michéa philosophe à coups de marteau. Pour comprendre sa dynamique de pensée, il faut connaître ses éducateurs, sa cible privilégiée et l’adversaire qu’il combat. Ses éducateurs : Marcel Mauss et l’économie du don, Georges Orwell et la décence commune et Christopher Lasch et la culture du narcissisme. Sa cible privilégiée : le nomade attalien ou, plus précis, les intellectuels libéraux de gauche
comme pervertisseurs du langage, mépris des pratiques de lutte enracinées, sectateurs enthousiastes de l’idéologie libérale et ouvreurs de piste pour les marchés capitalistes. L’adversaire qu’il combat : le pacte luciférien conclu au XIXe siècle entre le socialisme et la gauche républicaine moderniste. Sans doute n’est-ce pas trahir sa pensée qu’en faire un communautarien socialiste [1] animé d’une
foi révolutionnaire anarchiste et localiste.
Suite:
www.personnalisme.org

Bonjour tout le monde !

Mercredi 1 octobre 2008

logo-capp-def-web3Bienvenue dans le Personnalisme Pluraliste.